- 5 mai 2016 mai 2016 may 2016 - -
Ouverture - Laurence Cornu
-
Opening - Laurence Cornu
-
Chronique morale À la limite : malaise dans l’éthique - Ilaria Pirone Université Paris 8 À partir d’un sentiment de malaise dans le monde éducatif, l’article propose une relecture de l’essai de Freud Malaise dans la civilisation en mettant au centre la question de l’éthique articulée aux notions de limite et d’impossible. La fonction topologique de la limite permet de redessiner ce qui fait bord dans l’existence, ce qui tient la civilisation en deçà des marges du réel. Face à des formes de moralisation des discours sur l’éthique, la lecture de cet essai, comme travail sur la limite, permet de penser le malaise constitutif de toute recherche d’une position éthique.
-
Moral chronicle Ultimate: malaise in ethics - Ilaria Pirone Paris 8 University Prompted by a sense of unease in the educational world, the article proposes a re-reading of Freud’s Civilization and It Discontentsby placing at its center the question of ethics expressed in the notions of limit and of the impossible. The topological function of the limit allows the re-design of the boundary of what connects with existence and what holds civilization short of the margins of reality. In the face of the moralization of ethical discourse reading this essay, as work on the edge, allows us to consider the constitutive malaise of all research from an ethical position.
-
Notion L'étonnement - Joris Thiévenaz Université Pierre et Marie Curie – Paris 6 Sorbonne S’il est des notions classiques et même représentatives de la démarche philosophique, nul doute que l’ “étonnement” en fait partie. Depuis l’Antiquité, cette notion désigne le mouvement de prise de recul et de remise en question du monde qui nous entoure, à travers lequel s’initient la quête de connaissance et la production de nouveaux savoirs. L’étonnement occupe donc à ce titre une place tout à fait centrale et privilégiée dans la philosophe classique. Mais cette démarche peut également, et selon une perspective pragmatiste proposée par John Dewey, être étudiée en tant que processus situé, jouant une fonction concrète et observable dans l’acquisition de nouvelles connaissances par les sujets à l’occasion de leurs activités ordinaires. Selon cette approche théorique, l’étonnement ne constitue plus seulement une lointaine référence métaphysique et universelle désignant l’origine de la pensée mais aussi un processus effectif à travers lequel tout individu enrichit son expérience tout au long de sa vie.
-
Notion Surprise - Joris Thiévenaz Paris 6 University If there are conventional notions and representative of the philosophical enterprise, there is no doubt that “surprise” is one of them. From antiquity this notion refers to stepping back and questioning the world around us through which the quest for knowledge is initiated and new knowledge is generated. Surprise therefore occupies in this respect a central and central privileged place in classical philosophy. But this strategy can also, according to the pragmatist perspective proposed by John Dewey, be studied as a settled process, playing a concrete and observable function in the acquisition of new knowledge by agents in the course of their ordinary activities. According to this approach surprise is no longer just a distant metaphysical and universal point of reference designating the origin of thought but also an effective process through which every individual enriches his experience throughout his life.
- L’éducation diffuse Diffuse education -
Présentation - Didier Moreau Université Paris 8
-
Presentation - Didier Moreau Paris 8 University
-
De l’apprentissage diffus ou informel à l’éducation diffuse ou informelle - Gilles Brougère Université Paris 13 Analyser comment il peut y avoir apprentissage en dehors de situations éducatives conduit à rencontrer, malgré l’évidence d’un tel fait, des difficultés liées aux logiques de dénomination toujours contestables et aux résistances. Il est pourtant essentiel de penser une telle dimension, quel que soit le nom qu’on lui donne, qui peut apparaître comme fondamentale pour caractériser l’être humain, un apprenant tous terrains (ou plutôt en toutes situations). Il s’agit de penser la continuité entre éducation formelle et apprentissage informel, la diversité des situations d’apprentissage et de donner une place à une éducation diffuse se situant sur la crête entre le formel et l’informel
-
From unstructured or informal learning to unstructured or informal education - Gilles Brougère Paris 13 University Analysis of how there can be learning outside educational situations leads, despite the evidence, to difficulties linked to contestable nomenclature and to resistance. Yet it is essential to conceptualize such a dimension, whatever it is called, that may appear to be fundamental to characterize the human being who is a learner in all spheres (or rather in all situations). It is necessary to conceptualize the link between formal education and informal learning, the diversity of learning situations, and leave room for a form of unstructured education lying between the formal and the informal.
-
Relations et dynamiques éducatives - André Petitat Institut des sciences sociales de Lausanne Le développement des travaux sur l’éducation diffuse a l’avantage de mettre en évidence la diversité et l’importance des apprentissages qui interviennent hors des relations scolaires. Nombre de grandes transformations historiques se sont imposées en dehors et même contre les écoles. Au lieu de décrire les oppositions et entrelacements du formel et de l’informel, l’article propose de contourner les limites attachées à cette distinction, marquée par la dominance des systèmes d’enseignement. Il considère que toute relation comporte des processus éducationnels, ce qui permet à la recherche d’envisager le recours non pas à une distinction majeure, mais à toutes les distinctions utiles à l’analyse (contrainte vs liberté, groupe vs individu, en face-à-face vs à distance, adultes vs enfants, savoirs vs savoir-faire, etc.). Cette approche est illustrée par deux exemples relatifs aux processus éducationnels (la réception créative des récits et la trans-formation utopique) et deux autres relatifs aux relations et à leurs rapports (le brouillage des frontières entre factuel et fictionnel et l’ “algorithmisation” des liens sociaux).
-
Relations and the educational dynamic - André Petitat Lausanne Social Sciences Institute The development of work on informal education has the advantage of highlighting the diversity and importance of learning that occurs outside of the relationships of school. A number of major historical transformations has emerged outside and even against schools. Instead of describing the opposing and overlapping features of the formal and the informal, the article proposes to circumvent the limits attached to that distinction, marked by the dominance of education systems. It considers that every relationship contains educational processes, which allow research to envisage not using a major distinction, but invoking all distinctions in a useful analysis (constraint versus freedom, group versus individual, face-to-face versus virtual, adults versus children, knowledge versus know-how, etc.). This approach is illustrated by two examples relating to educational processes (creative reception of stories and utopian trans-formation) and two others that bear on relationships and their connections (the blurring of boundaries between factual and fictional and the “algorithmisation” of social connections).
-
Formation formelle et culture dans les leçons de pédagogie de Georg Simmel - Matthieu Amat Université Paris 1 Cet article présente certains aspects des leçons de pédagogie de Georg Simmel, synthèse singulière entre des tendances pédagogiques à première vue opposées : la valorisation résolue de la vie et de l’individualité – de l’élève, de l’enseignant et de leur relation – qui les rattache aux pédagogies dites « modernes » ou « actives » et la centralité maintenue d’objets considérés comme porteurs d’une valeur objective et transcendant à un certain degré la vie individuelle. Nous montrons que la formation de la personnalité, même lorsqu’on la conçoit comme seulement formelle ou fonctionnelle, centrée sur le développement de capacités, requiert la confrontation avec des contenus objectifs historiquement transmis, la formation formelle appelant une éducation diffuse. Nous tâchons ensuite de dessiner une figure plus complète de la formation, qui dépasse l’opposition de la forme et du contenu au moyen du concept de relation, et que l’on nommera culture.
-
Formal education and culture in the pedagogic lessons of Georg Simmel - Matthieu Amat Paris 1 University This article presents some aspects of the teaching approach of Georg Simmel, a unique synthesis between educational views that are at first sight opposites: the resolute respect for life and individuality – the student, the teacher and their relationship – which links them to pedagogies of a modern “modern” or “active” character and upholding the centrality of objects considered to bear an objective and transcendent value to a certain degree in respect of an individual’s life. We show that the formation of personality, even when conceived as merely formal or functional based on the development of capabilities, requires confrontation with historically transmitted objectives, requiring both formal and unstructured education. We then try to trace a more complete picture of education that goes beyond the opposition of form and content using the concept of relationship, and what is called culture.
-
Entre théorie et pratique, la place du tact : notes pour une formation de soi-même - Elena Theodoropoulou Université d’Égée Au fur et à mesure que le sujet entre dans le monde de sa propre formation, il crée un milieu praxique dans lequel il prend la responsabilité de soi-même à travers les actes de (sa) formation. Une fois assumée par le sujet, la formation devient un exercice réflexif intense renvoyant d’une part à la « métamorphose de soi par soi » et d’autre part à la relation entre l’activité du sujet et la réalité pratique. Le texte met en relief certains aspects des enjeux que le processus d’une formation de soi implique, surtout en ce qui concerne la tension entre théorie et pratique. Dans ce cadre, le Tact peut être considéré comme une capacité pratique à la fois de jonction et de distinction des fils innés qui traversent l’intention et les actes de formation de soi. Le travail de la philosophie de l’éducation serait plutôt d’introduire et de défendre systématiquement l’impetus de la pensée, au sein même des prétentions contradictoires relatives à l’hégémonie de la théorie ou de la pratique. À contre-courant d’une promotion de la praxis volontariste qui semble en général correspondre, à travers l’histoire de l’éducation, à une métaphysique de la présence, la philosophie de l’éducation pourrait être invoquée pour explorer l’alternative du « Je préférerais ne pas… » agir.
-
Between theory and practice, the place of tact; comments on education of the self - Elena Theodoropoulou University of the Aegean Gradually, as the subject enters the world of his own development, he creates a praxis environment in which he takes responsibility for himself through acts of self-formation. Once taken on board by the subject, education becomes an intense reflexive exercise referring, on the one hand, to “self-transformation through self ” and, on the other hand, to the relationship between the activity of the subject and practical reality. The text highlights some aspects of the issues that the process of self-education involves, especially regarding the tension between theory and practice. In this context, Tact can be considered as a practical capacity of both connection and distinction of innate threads that cross intentions and acts of self-education. The work of philosophy of education would rather be to introduce and to defend systematically the impetus of thought at the very heart of conflicting claims on the hegemony of theory or practice. Against the current of a promotion of voluntarist praxis that seems in general to correspond throughout the history of education to a metaphysics of presence, philosophy of education could be used to explore the alternative of “I’d rather not…” act.
-
L’approche fondée sur le rétablissement : éducation diffuse et santé mentale - Emmanuelle Jouet Université Paris 8 Dans le contexte d’une injonction générale à l’autonomie, l’approche du “rétablissement” en santé mentale commence à se diffuser dans nos pays. En interrogeant ses fondements, qu’il s’agisse de la narration de soi, du pouvoir d’agir ou de l’auto-formation, cet article constate qu’ils participent de l’éducation diffuse. Ainsi, le “rétablissement” peut apparaître comme une démarche de valorisation et d’auto-validation des acquis de l’expérience des troubles chroniques. Celle-ci permet au patient de développer son pouvoir d’agir et de construire les moyens de s’engager au mieux dans un nouveau régime de vie, avec ses troubles, dans l’auto-formation. Cette approche a fait émerger des rôles de formation et de recherche pour certains malades. Le “rétablissement” étant à la fois apprentissage de la perte et art de re-vivre, il peut être conçu comme un analyseur essentiel, une hétérotopie de l’éducation en vue de l’acceptation de soi, des autres et du monde.
-
“Recovery”approach: unstructured education and psychic health - Emmanuelle Jouet Paris 8 University In the context of a general demand for autonomy, the approach of “recovery” in mental health is beginning to become widespread. By questioning its foundations, whether it is a matter of self-narration, the power to act and of self-development, this paper finds that they are part of informal education. Thus, the “recovery” may appear as an attempt at valorization and self-valorization of the results of the experience of chronic disorders. It allows the patient to develop his power to act and to develop the means to best adapt to the new regime of life, with its problems, in self-education. This approach has uncovered roles for education and research in the case of some patients. The “recovery” being both learning the art of loss and the art of living again; it can be conceived as an essential analytic tool, a heterotopia of education for self-acceptance, and for acceptance of others and the world.
-
Du siècle des chefs à celui d’une reconquête de l’espace démocratique ? Entretien avec Yves Cohen - Yves Cohen est historien et directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux problématisent le XXe siècle comme une histoire des pratiques et des rationalités qui prétendent les guider. Il est notamment l’auteur du Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), publié aux éditions Amsterdam en 2013. Dans cet entretien, il revient sur la genèse de son projet d’une histoire transnationale – France, Allemagne, États-Unis, Russie – du souci pour le commandement, qui traverse aussi bien l’industrie, les organisations politiques, les sciences de l’éducation et plus généralement les sciences sociales, qui elles-mêmes participent activement de sa définition et de sa diffusion. Il explicite son recours à la notion de « préoccupation », qui lui permet de s’intéresser à la manière dont les acteurs problématisent ce souci dans leurs pratiques. La notion foucaldienne de gouvernementalité lui paraît offrir une alternative à une psychologie sociale dans le sillage de Le Bon. Il évoque également les mouvements sociaux qui, récemment et dans le monde entier, tout en donnant une illustration de ce que peuvent être des « foules » sans maître, n’en sont pas moins des foules raisonnables qui pensent et agissent selon d’autres critères que ceux des institutions de la politique représentative. Ses travaux se penchent également sur les diverses formes de ces mobilisations contemporaines, de l’Ukraine au Brésil.
-
- From the century of the leaders to that of a reconquest of the democratic space? Interview with Yves Cohen
-
L’écriture du journal comme outil de formation de soi-même - Remi Hess Université Paris 8 Augustin Mutuale Institut catholique de Paris Christine Caille Université Paris 8 Anne-Claire Cormery Université Paris 8 Déborah Gentes Université Paris 8 L’écriture du journal est une pratique ancienne. Ce texte se propose d’éclairer cette forme d’écriture impliquée à travers le prisme de l’éducation diffuse et de comprendre comment ce dispositif s’inscrit dans le paradigme de l’éducation tout au long de la vie. S’il est difficile de circonscrire l’écriture du journal dans un champ disciplinaire clairement identifié, on peut néanmoins situer le dispositif diaire à mi-chemin entre une sociologie critique et une sociologie de la critique. La démarche clinique impliquée qu’il convoque lui confère un niveau ’intervention global où se réfractent les autres plans personnel, groupal et institutionnel. Ceux-ci sont analysés ici dans un croisement multi-référentiel.
-
- Remi Hess Paris 8 University Augustin Mutuale Paris Catholic Institute Christine Caille Paris 8 University Anne-Claire Cormery Paris 8 University Déborah Gentes Paris 8 University Keeping a diary is a long-standing practice. This text proposes to clarify the form of writing involved through the prism of informal education and to understand how this practice fits into the paradigm of lifelong education. If it is difficult to place keeping a diary in one clearly identified discipline, one can nevertheless locate the practice of diary keeping halfway between a critical sociology and sociology of criticism. The clinical approach involved gives it an overall level of operation that refracts other personal, institutional and group projects These are analyzed here within multidisciplinary frames of reference.
- -
Étude L’éducation solidaire ou le sens d’une dette - Éric Dubreucq Université de Franche-Comté La solidarité s’est, on le sait, introduite dans l’éducation à la fin du XIXe siècle, en même temps qu’elle devenait un thème politique et un programme d’action. Cette étude mettra en lumière chez James Guillaume une figure de l’éducation solidaire qui, un quart de siècle plus tôt, forme avec la conception républicaine une alternative. Dans la figure “libertaire” ou socialiste qu’elle exprime, la solidarité guillaumienne pose en effet que la société est chargée, à l’égard de l’enfant, d’une dette inconditionnelle et que l’éducation a pour but d’instaurer chez lui l’appartenance à soi dont il est porteur : l’être enfantin est posé comme un pouvoir à libérer. Dans la figure solidariste, au contraire, l’enfant est, à la naissance, en dette vis-à-vis d’une société et d’un passé qui en configurent l’être de part en part et auxquels il doit être soumis. Penser l’éducation tantôt comme dette de la société vis-à-vis de l’enfant, tantôt comme cause d’une dette dans l’enfant forme ainsi la tension interne de l’éducation solidaire, qui oscille entre une libération de l’être enfantin et son assujettissement au monde social
-
Studies - Éric Dubreucq Franche-Comté University Solidarity, as we know was introduced into education in the late nineteenth century, at the same time as it became a political issue and a program for action. This study will highlight the work of James Guillaume a proponent of solidarity education, who a quarter of a century ago, as well as a republican conception designed an alternative. In the “libertarian” or socialist manifestation in which it is given it expression Guillaumian solidarity indeed argues that society owes, in respect of the child, an unconditional debt and that education aims to establish in the child the sense of self-belonging that he bears: the human child is presented as a power to be freed. In the solidaristic manifestation, on the contrary, the child is, at birth, in debt vis a vis society and of a past that shapes its being and to which he must submit. To conceive of education at times as a debt owed by society to the child and a times as debt on the part of the child thus constitutes an internal tension of education for solidarity, which oscillates between a liberation of the child and his subjection to the social world.
-
Étude Peut-on, à l’école, imaginer et réaliser une éducation à la sexualité ? - Jean-Yves Casadepax Université d’Aix-Marseille L’article présente la question de “l’éducation à la sexualité à l’école”, devenue question d’enseignements divers puis “éducation sexuelle, problème d’éducation”. Après avoir conduit en 2002 une enquête sur l’injonction à parler faite à l’école, nous constatons qu’aujourd’hui l’éducation sexuelle n’a toujours pas de supports institutionnels et n’est toujours pas l’objet de pratiques ordinaires et normalisées dans les collèges et les lycées, en France. À partir d’un écrit extrait du matériau de notre enquête réalisée en 2002, nous étudions la position institutionnelle des intervenants et leur possibilité de trouver un espace de pensée commun avec les élèves, afin de faire émerger des questions recevables, de conduire légitimement une étude dirigée de ces questions et, le cas échéant, une enquête visant à apporter des éléments de réponse.
-
Studies How we conceptualize and implement education for sexuality at school? - Jean-Yves Casadepax Aix-Marseille University The article presents the issue of sex education in school, which has been taught in various forms then became perceived as an educational problem. After conducting a survey in in 2002 on the demand made to teach it in school, we find that today sex education still has no institutional support and is still not subject to ordinary practices and standards in lower schools and in high schools in France. Based on a written excerpt from our 2002 survey material we study the institutional position of the providers and their opportunity to find a common space to share ideas with the students in order to bring to the surface genuine and legitimate questions in order to undertake a study of these questions and, if appropriate, to aim to suggest answers.